Soutien offert

ROUAGE offre d’abord un soutien financier :

– les honoraires de l’artiste : 10 000 $ pour un projet d’une durée de 10 mois sur une année ou 12 000 $ pour une durée de 12 mois.

Dans le cas d’un collectif d’artistes, le montant est de 16 000 $ pour un projet d’une durée de 10 mois sur une année ou 19 000 $ pour une durée de 12 mois.

– un montant de 4 000 $ pour les dépenses reliées au projet

– un montant de 2 500 $ versé à l’organisme communautaire (pour les tâches reliées à la gestion du projet)

ROUAGE offre également une formation personnalisée aux artistes et intervenantEs de nouveaux projets.

ROUAGE assure un accompagnement et un soutien aux projets soutenus, soit lors des rencontres prévues au cours de l’année soit à tout autre moment pour répondre à un besoin particulier.

ROUAGE favorise le réseautage entre les personnes impliquées dans les divers projets, notamment lors d’une rencontre annuelle de tous les groupes soit à travers les réseaux sociaux.

 

Print Friendly

Foire aux questions pour aider à préparer une demande de soutien financier

1

Nous sommes intéresséEs à développer un projet d’art communautaire militant au sein de notre organisme, mais nous ne sommes pas en contact avec unE artiste ou collectif d’artistes. Que faire ?

 

Afin de faciliter les partenariat organismes communautaires / membres d’organismes / artistes, Engrenage Noir / ROUAGE est tout disponible pour en discuter avec vous, vous mettre en contact avec des partenaires potentiels et faciliter des rencontres. Nous serons plus que ravis de pouvoir collaborer avec vous pour préparer le terrain en vue du développement d’un futur projet. Vous pouvez également assister à nos 5 à 7 militants qui se tiennent les premiers vendredis du mois, au Café L’Artère, 7000 Avenue du Parc, Montréal.

 

 

2

Je suis unE artiste ou collectif d’artistes, et j’aimerais participer à une expérience en art communautaire militant, mais je ne suis pas en contact avec un organisme communautaire et ses membres. Que faire ?

 

Ici aussi, ROUAGE est tout disponible pour en discuter avec vous, vous mettre en contact avec des partenaires potentiels et faciliter des rencontres. N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire part de votre intérêt et de vos besoins. Vous pouvez également assister à nos 5 à 7 militants qui se tiennent les premiers vendredis du mois, au Café L’Artère, 7000 Avenue du Parc, Montréal.

 

Cependant, nous vous encourageons à entreprendre vos propres démarches. Une telle forme de collaboration demande un temps d’apprivoisement basé sur de bonnes relations inter-personnelles, et rien ne garantit qu’une entente de collaboration va en découler.

 

 

3

Pourquoi demander un processus conjoint organisme communautaire / membres d’organisme communautaire / artiste ? Pourquoi l’artiste ou collectif d’artistes ne peut-il pas s’en charger ?

 

L’expérience a confirmé que les processus en art communautaire militant avaient de meilleures chances de réussite si l’organisme communautaire participait activement au processus de prise de décision portant sur le projet et offrait un encadrement stable pour faire face à tout situation problématique; et si ses membres étaient impliquéEs dès le début de la collaboration.

 

Engrenage Noir / ROUAGE a développé une approche impliquant qu’au moins unE représentantE de l’organisme communautaire hôte ainsi qu’au moins quelques membres participantEs soient intégréEs à chaque étape du processus de collaboration : cette participation inclut de prendre une part active aux consultations continues avec ROUAGE et contribuer au processus d’évaluation finale.

 

De plus, l’organisme communautaire hôte est invité à mettre le plus de ressources possibles à contribution afin de soutenir le projet (espace physique, intervention sociale, services comptables, assurances, etc.)

 

 

4

Nous sommes un groupe de personnes prêtes à démarrer un projet, mais nous ne savons pas vraiment encore sur quoi.  Pouvons-nous appliquer pour un projet?

 

Il est fondamental que le groupe partage une situation-problème, et non seulement le membership d’un organisme, ou encore un statut. Par exemple, être une personne immigrante n’est pas un problème en soi, mais avoir du mal à trouver un travail qui reconnaisse ses compétences professionnelles parce qu’on est une personne immigrante, en est un (parmi d’autres). C’est la même chose avec le fait d’être une femme, ou encore jeune adulte. Un sujet, un enjeu, un problème doit être présent et identifié, c’est le fondement de toute action collective. Néanmoins il n’est pas nécessaire que touTEs les membres soient conscientEs qu’il y a une injustice. C’est le processus d’art communautaire militant qui mènera à cette prise de conscience. Voir aussi «Pour choisir un sujet ou une situation-problème pour notre projet» dans l’onglet Outils.

 

 

5

Nous avons un projet en tête mais n’avons pas totalement confiance en nos capacités d’animation pour un tel projet.  Devrions-nous laisser tomber?

 

Non! Nous pouvons et aimerions vous accompagner de diverses façons : coaching, co-animation, formations, discussions ou communications écrites. Nous avons aussi mis en ligne plusieurs outils d’animation pour vous inspirer ou vous guider.

 

 

6

Le groupe est prêt à faire de l’art et est prêt à travailler sur un problème commun. Cependant nous ne pouvons garantir l’issue du processus et la volonté de tous les membres du groupe de s’engager dans des actions plus militantes. Devrions-nous faire une demande quand même?

 

Nous sommes prêtEs à prendre ce risque. Aussi, nous avons confiance en le potentiel mobilisateur d’une démarche d’art communautaire militant. Peut-être que certaines personnes s’arrêteront en chemin, peut-être le groupe mettra des limites à l’aspect militant. L’important est de prendre le temps de bien traverser les phases d’analyse de la situation (voir le Processus d’action collective dans l’onglet Outils).

 

 

7

Mais ce processus représente une surcharge de travail, pour nous dans les organismes communautaires qui sommes déjà débordéEs ?

 

Nos sommes bien conscientEs de cette réalité. C’est pourquoi Engrenage Noir / ROUAGE, en plus d’un soutien financier, offre une collaboration et un accompagnement à toutes les étapes du projet : faisant la liaison entre les organisations communautaires et les artistes, offrant une formation de base et fournissant un suivi du début à la fin du projet. ROUAGE offre également un (modeste) soutien financier en reconnaissance des tâches supplémentaires requises par le projet.

 

Cependant, le but de ROUAGE est d’amener les organismes communautaires à développer une autre perspective : à considérer l’art communautaire militant comme une intervention sociale aussi importante que n’importe quelle autre forme de militantisme. À partir de là, il est possible d’intégrer une approche créative au sein des activités régulières et d’y accorder la place nécessaire. De plus, les membres de l’organisme qui collaborent dans le cadre d’un tel processus sont souvent plus enclinEs à partager les tâches relatives au projet.

 

Un autre facteur à considérer est que, pour plusieurs organismes ayant développé un projet en art communautaire militant, celui-ci a multiplié les stratégies militantes : des membres qui ne sont pas à l’aise dans des manifestations ou sont démobilisés face aux moyens habituels qui ne semblent plus porter de fruits, y trouvent une façon renouvelée et plus attrayante de militer. L’effet bénéfique pour ces organismes a également été de contribuer à mobiliser davantage les membres, quand le membership s’affaiblissait, à renforcer le sentiment d’appartenance au sein de leur organisation et à intéresser de nouveaux membres à participer à leurs activités.

 

 

8

Y a-t-il un nombre requis de membres pour un tel type de projet collaboratif ?

 

Il n’y a pas de nombre minimum ou maximum requis. Ce n’est pas la quantité qui est gage du« succès » d’une collaboration. Un projet d’art communautaire militant rassemble souvent un nombre de restreint d’individus, mais sur une période de temps assez longue – une différence notable par rapport à d’autres types de projets artistiques.

 

Cependant, étant donné la nature exigeante de cette démarche, il est suggéré de débuter un projet avec un nombre plus élevé de participantEs, afin de prévoir les abandons «normaux» en cours de route. On considère qu’un minimum de 5-6 membres de l’organisme est requis pour constituer un groupe.

 

9

Est-ce que les employéEs des organismes communautaires, qui sont aussi artistes et qui pourraient faciliter un projet d’art communautaire militant au sein de leur organisme, sont éligibles au soutien de ROUAGE ?

 

Même s’ils/elles sont également artistes, les employéEs des organismes communautaires ne sont pas éligibles à un soutien financier – à moins que leur participation au processus se fasse en dehors de leurs heures habituelles de travail et nécessite des ressources financières supplémentaires. Le soutien accordé par ROUAGE ne doit pas servir à accroître le budget total de l’organisme.

 

10

Quelle est la durée des projets soutenus ?

 

Les projets soutenus sont d’une durée d’environ 12 mois (à raison d’une journée ou une demi-journée de rencontre par semaine).

 

11

Pourquoi les projets d’art communautaire militant ont-ils une telle durée ?

 

Les projets qui sont basés sur la collaboration et le consensus demandent du temps. Le processus y étant aussi important que le résultat, il importe de créer de conditions nécessaires pour permettre à toutes les personnes impliquées de se sentir dans un climat de confiance, de non-jugement et de respect mutuel.

 

 

12

Doit-on présenter un projet de création bien précis ?

 

Non, au contraire. Les projets en art communautaire militant sont qualifiés d’« émergents » car ils dépendent de l’apport de toutes les personnes impliquées, autant les artistes, les représentantes communautaires que les membres participantEs. Cependant, nous cherchons des collaborations qui ont une orientation politique vers le changement social, et non simplement des projets faisant appel à l’esprit communautaire (par exemple, des projets censés célébrer une communauté, marquer des événements ou contribuer à informer et organiser les membres d’une communauté, etc) ou se présentant sous la forme d’ateliers (où une personne vient enseigner son savoir-faire).

 

 

13

Y a-t-il des rencontres à prévoir pendant le déroulement du projet?

 

Oui. Il y a trois rencontres avec Engrenage Noir /ROUAGE au cours de l’année. Ces rencontres servent à apporter un soutien aux participantEs des projets, ainsi qu’à permettre à ROUAGE d’apprendre à partir des expériences vécues. Les artistes, les représentantEs de l’organisme communautaire et au moins quelques membres participantEs doivent être présentEs lors de chacune de ces rencontres.

 

Également, touTEs les bénéficaires des divers projets en cours sont invitéEs à participer à une rencontre générale au cours de l’année, qui se tient au printemps. Cette rencontre a pour but d’offrir à touTEs les participantEs une chance de présenter leur travail, de connaître l’expérience vécue dans les autres projet et de s’en enrichir dans un contexte ouvert et soutenant.

 

 

14

Que se passe-t-il si l’artiste ou collectif d’artiste quitte le projet en cours de route ? Que se passe-t-il si l’organisme communautaire et ses membres ne souhaitent plus

travailler avec l’artiste ou collectif d’artistes ?

 

Toute collaboration n’étant plus possible, le projet se termine à ce moment-là, et Engrenage Noir / ROUAGE cesse d’apporter tout soutien financier.

 

 

15

Y a-t-il possibilité de renouvellement à la fin du projet ?

 

Oui, le manque de temps étant toujours ce qui est déploré. Souvent, au bout d’un an, la

collaboration s’est établie sur des bases plus solides et/ou l’organisme communautaire souhaite continuer à intégrer davantage l’art communautaire militant au sein de ses activités. Il faut également plus d’une année pour qu’un groupe se sente prêt à aller porter publiquement une revendication.

 

Print Friendly

Critères et conditions

LES CINQ PRINCIPES DE L’ART COMMUNAUTAIRE MILITANT

1 L’aspect collectif La participation d’un groupe de plusieurs personnes tout au long du processus d’action.

2 L’importance des personnes les premières concernées Les actions portent sur un problème commun vécu par des membres d’un organisme.

3 L’aspect militant S’attaquer aux causes systémiques à l’origine des situations d’exclusion, et non intervenir sur les comportements, habitudes ou connaissances des personnes.

4 Le processus artistique La présence de l’art dans toutes les étapes du processus d’action collective

5 La collaboration La participation de touTEs les membres d’un projet dans le processus décisionnel (à toutes les étapes, et ce dès la conception). Ce processus est basé sur le consensus.

LES TROIS CRITÈRES

1 s’assurer que les trois entités (l’intervenantE de l’organisme communautaire, les membres de l’organisme et l’artiste ou collectif d’artistes) participent dès le départ et tout au long du projet

2 organiser des rencontres hebdomadaires pendant un an, dans un lieu, avec un groupe stable

3 accepter de s’engager dans un processus d’analyse critique qui mènera à au moins une action publique avec un focus militant clair

 

MISE EN GARDE

Veuillez prendre en considération les points suivants. Il importe que :

– que les membres vivent un problème commun

– de que l’intervenantE ait le temps de participer aux rencontres, à leur préparation et à la planification du processus

– que l’éducation / la sensibilisation des autres ne soit pas la finalité du projet.

 

Print Friendly