Phase 1 – Analyser la situation-problème

1a. S’exprimer :

– S’exprimer autour d’un sujet, nommer son vécu douloureux
Ex. : Nommer des situations où se manifestent nos difficultés à lire et écrire

– Nommer la situation-problème commune
Ex. : «on n’est pas respectés», reconnus

Pourquoi?
Pour s’exprimer sur sa souffrance et son expérience injuste.
Pour pouvoir démontrer les impacts du problème.
Pour pouvoir constater que les autres vivent la même chose.

Contenu possible :
Quelles sont les difficultés que je vis à cause de la situation-problème? (manifestations du problème, à mettre en commun)

Quelles sont les conséquences de la situation-problème pour moi? Comment ça affecte ma capacité d’agir, qu’est-ce que ça m’empêche de faire? (impacts du problème, à mettre en commun)

Comment je me sens par rapport à cette situation? Comment je me sens par rapport à l’image qu’on me renvoie de moi-même?

Outils artistiques :
Le chiâleux
Le foulard
Théâtre forum
Exercice de théâtre-image : illustrer une idée avec son corps
Radical Cartography
Les personnages
Brefs

Outils d’intervention :
Les solutions efficaces

Pour toutes les phases, sont aussi pertinents les réchauffements créatifs et exercices et outils d’intervention générale.


1b. Questionner :

– questionner / comprendre de façon «critique» ou politique (notamment, les causes)
Ex. : analyser les causes de l’analphabétisme avec l’outil Catégorisation

– nommer la situation souhaitée (ce qui serait juste, de façon générale, intuitive, souvent évidente)
Ex. : «on aimerait que le monde tienne compte de nous»

– confirmer la volonté d’agir
Ex. : 17 personnes sur 20 décident de continuer et d’agir

Pourquoi?
Pour prendre conscience de l’aspect politique de la situation (plutôt qu’individuel), donc injuste.
Pour pouvoir nommer l’injustice.
Pour se sentir légitime de revendiquer du changement ensuite.
Pour aider la recherche de solutions et justifier les revendications.

Contenu possible :
Quelles sont les causes de cette situation-problème? Qu’est-ce que les gens qui vivent la situation ont en commun? (causes du problème, à mettre en commun)

Comment expliquer que beaucoup de monde vit la même chose?

Qu’est-ce qu’on dit sur votre situation / ce problème? Qui dit ça? Que pourriez-vous répondre? (le discours dominant, les préjugés)

Quels sont les acteurs qui ont du pouvoir sur cette question? Quels sont les intérêts de ces personnes en rapport avec cette situation?

Si vous imaginez un monde idéal, quel serait-il?

 Outils artistiques :
Réchauffements de base et physiques
Exercice de théâtre-image : illustrer une idée avec son corps
Radical Cartography
Impro dirigée
Newspaper Theatre
The Great Game of Power
Les personnages
Publicité
Brefs

Outils d’intervention :
L’analyse de situation par catégorisation
Les gens disent
Les solutions efficaces
Oui, mais…

Pour toutes les phases, sont aussi pertinents les réchauffements créatifs et exercices et outils d’intervention générale.


1c. Identifier une revendication :

– identifier des solutions / demandes précises ou concrètes
Ex. : pouvoir travailler, se faire mieux expliquer par les médecins, avoir de l’aide pour remplir les formulaires d’aide sociale, etc.

– évaluer les solutions et en prioriser une : la revendication
Ex. : après évaluation des différentes solutions, le groupe priorise d’obtenir de l’aide pour remplir les formulaires d’aide sociale

Pourquoi?
Pour choisir ensemble une base de travail, une motivation à agir.
Pour que le message soit clair et efficace.
Pour que le projet soit réaliste, pour favoriser les chances de succès.
Pour permettre d’évaluer le changement.

Contenu possible :
Qu’est-ce qu’on fait dans d’autres villes / pays par rapport à ce problème?

Quelle solution s’attaquerait au plus grand nombre de manifestations du problème (voir 1a)? Attention aux solutions à grande portée qui nous éloignent des demandes concrètes.

Pour évaluer les solutions, vous pouvez utiliser les critères de type SMART (spécifiques, mesurables, applicables, réalistes, en temps opportun).

Commentaires :
Il est important et facilitant de présenter la revendication comme une PRIORITÉ, plutôt que comme un sacrifice éternel de toutes les autres solutions.

Selon Anna Kruzynski, voici les qualités d’une revendication stratégique. Elle suggère d’utiliser ces critères pour analyser les revendications possibles :
– Elle aurait un effet immédiat sur les conditions de vie des gens
– Elle n’est pas «interprétable»
– Elle est claire, facile à comprendre
– Elle provoque une brèche dans la logique des systèmes ou contribue à changer la distribution des pouvoirs
– Elle n’est pas noyée parmi une liste d’épicerie de revendications.

On peut aussi prendre en compte l’expérience du groupe. Certains critères pour choisir une première revendication pourraient être ajoutés, par exemple : elle est gagnable sur la base de nos moyens. L’idée est de commencer plus petit avec des chances de gains. La première réussite du groupe augmente sa détermination à s’attaquer à plus gros par la suite, à plus long terme.

Outils artistiques :
Exercice de théâtre-image : illustrer une idée avec son corps
Radical Cartography
Les personnages
Brefs

Outils d’intervention :
Les solutions efficaces
Avantages, désavantages
Choix par critères

Pour toutes les phases, sont aussi pertinents les réchauffements créatifs et exercices et outils d’intervention générale.