Dynamique de groupe et développement personnel

Puisqu’on fait appel à l’art, pourquoi ne pas utiliser des moyens créatifs

– pour créer une disposition de l’espace qui se différencie des modèles habituels de réunion
– pour trouver une symbolique pour représenter le projet (une image, un objet, un nom, etc.)
– pour instaurer un rituel afin de délimiter un espace de parole pour nommer comment on se sent, ce qui fonctionne ou pas, pour évaluer le processus en cours, etc.

 Les cartons de tâche.

 Objectifs : améliorer l’organisation de l’atelier et en favoriser la prise en charge par les participants.

Préparation : confectionnez une série de cartons qui illustrent diverses tâches à accomplir, par exemple : faire l’accueil le matin en disant bonjour à chaque personne qui rentre dans le local, sortir le matériel, placer le local après l’atelier, etc. (il y en a environ 6). Les tâches peuvent être déterminées par vous ou par le groupe.

Déroulement : la première personne qui arrive le matin colle les cartons de tâche au tableau et au fur et à mesure que les gens arrivent ils vont mettre leur nom sous la tâche qu’ils choisissent d’exécuter ce matin-là.

Ça permet de distribuer des tâches simples à exécuter et de leur faire sentir qu’ils sont importants dans la bonne marche de l’atelier.

Rédaction : Danièle Bergeron

Conception : Danielle Arcand et Danièle Bergeron

Le tableau d’objectifs personnels.  

Objectif : accompagner les participants vers l’amélioration d’une attitude qui nuit à son épanouissement/réalisation personnelle et à sa participation.

Préparation : confectionnez un tableau avec le nom ou une petite photo de chacun.

Déroulement : en début de l’année, chaque participant identifie un objectif personnel sur lequel il portera attention l’année durant. Par exemple, une personne qui a tendance à se critiquer souvent lorsqu’elle fait un travail artistique pourrait avoir comme objectif de déjouer cette tendance. Vous pourriez dans un premier temps encourager cette personne, si elle s’entend dire que ce qu’elle a fait n’est pas beau, à prendre conscience de son discours (le groupe est là pour lui rappeler son objectif). Dans un second temps vous l’inviterez à voir ce qu’il y a de bon dans son travail et à l’exprimer à haute voix. Une personne très timide pourra avoir comme objectif de saluer les autres à son arrivée dans l’atelier. Le support et l’encouragement du groupe sont très aidants.

Pour faire un retour à la fin des ateliers et voir sa progression de semaine en semaine, chaque personne à tour de rôle vient donner son appréciation sur le tableau par un code de couleur :

  • un point rouge pour dire que je l’objectif n’a pas été atteint cette journée-là ;
  • un point jaune pour dire qu’il y a place à l’amélioration ;
  • un point vert pour dire que l’objectif a été atteint.

Conception et rédaction : Danièle Bergeron

Exercice de théâtre-image : illustrer une idée avec son corps

Objectif : permettre une multiplication des interprétations face à un thème particulier; favoriser l’expression corporelle et aider à explorer des idées nouvelles (par exemple: aider les participantEs à exprimer leurs besoins et limites pour créer collectivement un code de vie).

Mode artistique utilisé : théâtre

Déroulement : Invitez le groupe à former un cercle. Les participantEs doivent faire face vers l’extérieur pour faciliter la concentration et éviter qu’ils ou elles soient influencéEs par les autres. Demandez aux participantEs de faire une image avec leur corps sur un thème ou

une question choisie au préalable (par exemple: qu’est qui est important pour vous dans une bonne dynamique de groupe?). Lorsque les participantEs ont trouvé leur image, invitez-les à la mémoriser. Invitez-les ensuite à se retourner face vers le centre. Invitez-les, chacunE à son tour, à venir à l’intérieur du cercle pour montrer leur image. Il est important que le corps reste fixe et que la personne ne parle pas. Posez des questions aux autres membres du groupe pour connaître leurs interprétations : qu’est-ce que vous voyez? Qu’est-ce que cela évoque pour vous? Comment se tient sa main, son dos, sa tête, son regard? Notez les commentaires émis par le groupe. Il est important que la personne qui fait l’image ne donne pas d’explication reliée au choix de son image avant que le groupe ait pu donner ses impressions. Une fois que chaque participantE a exposé son image, le groupe se retrouve avec une banque de mots que vous avez écrits sur un grand tableau. Invitez enfin le groupe à revoir ensemble les mots notés. Cela constitue le point de départ de votre réflexion collective.

Rédaction : Alyssa Symons-Bélanger

Sources :
Théâtre de l’opprimé; pratique du théâtre de l’opprimé. Paris, La Découverte poche – Coffret 2 tomes – 2003.

Jeux pour acteurs et non-acteurs. Paris, La Découverte poche, 1997.

Paper Not Floor

Objectives: Group-building exercise; opportunity for group to develop ways of working together early in the group process; introduce notions of solidarity and competition to the group.

Artistic medium used: Physical theatre

Material: As many sheets of blank paper as you expect there to be participants (one per participant).

Progress: Lay the same number of papers as there are participants down on the floor. Explain to them that the only rule of the game is that everyone stands on a piece of paper, and no one touches the floor.

Begin the exercise by prompting the group with the instruction: “Paper not floor.” Once the group has found stillness, and all have found a paper, proceed by removing one sheet of paper from underneath one person.

Now repeat the instruction to the group: “Paper not floor.” Allow participants to organize themselves – once they find stillness, remove another piece of paper, and renew the instruction. Continue like so until there is only one piece of paper left.

Allow the group to develop their own individual and group strategies for collaboration throughout.

Comments
This exercise can be done with participants speaking. However, if you find the group needs focus, you can do the game in silence – this can bring focus and additional creativity to a group in finding non-verbal ways to communicate.

You do not proceed to the next stage until everyone is off the floor, for each step of the game – this is what leads to creative strategies on behalf of the group!

You may choose to debrief with the group afterwards; if not, this can also be a great warm-up to move into more complex game structures after.

Writing: Koby Rogers Hall

Source : Augusto Boal, “Games for Actors and Non-Actors”

 

Est-ce qu’il y a quelque chose que je ne dis pas?

Séparer le groupe en pairs

Inviter chaque personne à répondre à cette question avec son/sa partenaire : «Pendant la discussion, y a-t-il une pensée que je n’ai pas dit fort?». Personne n’est obligé de répondre quelque chose.

Demander ensuite si le groupe pourrait bénéficier du commentaire de son partenaire.

Faire un retour en groupe et demander aux volontaires de partager le fruit de leur discussion avec l’ensemble du groupe.

Rédaction : Esther Filion

Référence: Facilitator’s Guide To Participatory Decision-Making, Sam Kaner et coll., Jossey-Bass, San Francisco, 2014, 401 pages, p 292

 

AVEC DES OBJETS PERSONNELS

Les personnes ont été invitées à apporter un objet personnel qui leur est cher ou témoigne d’un intérêt particulier. Elles présentent leur objet, la raison de leur choix. Puis le groupe choisit par consensus, parmi ces objets, un objet qui représente le groupe. Personne ne peut proposer son propre objet.

Rédaction : Johanne Chagnon

  

Les trois outils suivants font partie des outils partagés par les artistes qui ont participé à une démarche de coformation axée sur le partage de leurs savoirs en 2015-2016. Ont participé à cette formation : Danièle Bergeron, Lisa Sfriso, Dan Parker, Rachel Heap-Lalonde, Miriam Heap-Lalonde, Koby Rogers Hall, Caroline Laplante, jean-Paul Belmont, Jayson Palolan, Merelyn Aguirre, Nadia Loria Legris. La démarche était animée par l’artiste Suzanne Boisvert qui a aussi contribué à la rédaction des outils.

BÂTON DE PAROLES

Pourquoi : Pour développer l’écoute dans le groupe et permettre à chacunE de pouvoir s’exprimer. Symbole du précieux de la parole de chacunE. Symbole du précieux de l’écoute de chacunE.

Comment : On doit le tenir dans ses mains pour parler. Les autres écoutent la personne. On peut en faire une activité en début de processus : en créer un à partir d’éléments apportés par chacunE. C’est un objet précieux, à l’image de chaque personne dans le groupe.

PÂTE À MODELER

Pourquoi : Tout au long de la rencontre, les gens peuvent avoir une relation tactile avec la matière et cela donne d’autres pistes dans les réflexions.

Comment : Mettre un bloc de pâte à modeler au centre du groupe de discussion.

OFFRIR UN CAHIER D’ARTISTE

Pourquoi : Aide à la concentration. On peut parfois utiliser le contenu des cahiers dans l’œuvre collective.

Comment : À chaque participantE au début du processus. Les inviter à dessiner lorsque qu’ils/elles sentent perdre leur concentration. Cela peut leur permettre de partir pour mieux revenir dans le groupe.

 

Voir aussi l’outil Choix par critères pour une initiation du groupe à la prise de décision collective à travers le choix d’une activité d’accueil/intégration.